Je crois qu’elle s’appelait Sofia. Des origines que je situerais en Roumanie ou dans ce coin d’Europe. Je ne me souviens plus de comment nous nous sommes rencontrés. A bord d’un train, il me semble. Celui-ci faisait le tour de son village car il fallait rester caché. Sa petite sœur, discrète et agile partait toujours en éclaireuse ou porter des messages vers l’avant.

Je ne me rappelle plus ce que je faisais dans ce train mais j’étais très occupé. Je prenais le temps de discuter avec Sofia. Tout en “travaillant”, je l’écoutais parler de tout, de rien, et surtout de ce qu’on faisait tous les deux à bord de ce train.
Elle était belle et elle me plaisait. Je pense même que je lui plaisais en retour. Mais impossible de lui dire ce que je ressentais. Trop timide, même dans mes rêves…

Et puis, nous sommes arrivés à destination. On est sortis du train, entrés dans le bureau et, alors que je branchais un micro pour le speech, elle a disparu. Comme ça. Sans prévenir.

J’ai failli pleurer mais je me suis réveillé, ai éteint le ventilateur, et me suis rendormi, sans Sofia…


 

Photo : Dominique Hille