Ils s’appellent Jef Aerosol, Bouba, Marie, Laurence, Esther, Andrea. Ils sont graffeur, chorégraphe, comédien, danseur, bibliothécaire. Tous consacrent une partie de leur vie à rendre visite aux détenus des prisons françaises, pour les faire danser, dessiner, parler, improviser, lire.

Sont-ils “zinzins” pour intervenir ainsi en “zonzon” ?

Avec la conviction que l’on ne peut réduire un homme à ses actes, ils portent sur les détenus un regard neuf qui contribue à les ré-humaniser. Ils viennent leur donner des clefs pour comprendre le monde et se préparer à y retourner. Ils leur offrent une « seconde chance », en les initiant à leur art, à la culture.

Il ne s’agit pas de leur faire croire qu’ils vont devenir danseurs professionnels ou vivre de leur peinture. Mais de leur donner l’opportunité de changer, de leur permettre de voir la vie autrement, de les aider à « canaliser l’énergie destructrice » pour la « transformer en action constructive et positive » (Bouba) ; à « exprimer leur colère différemment » (Andrea); à « transfigurer leur douleur » (Marie) ; à « réfléchir à ce qu’ils ont commis » (Jef Aerosol) ; à se projeter; à rêver ; à travailler ensemble.

Un web-doc pour les comprendre

Marine et Geneviève sont deux amies. Curieuses des autres, passionnées de danse et convaincues que “le regard que l’on porte  sur les autres est déterminant”, elles ont comme projet un web-doc, titré justement “Les zinzins de la zonzon”, qui brosse le portrait de ces intervenants de l’ombre.
Image

Touchées par les récits de ces visiteurs pas comme les autres, sidérées par leur foi en l’être humain, elles leur rendent hommage avec ce travail documentaire.

Plusieurs témoignages ont d’ores et déjà été recueillis, voici par exemple celui de Bouba :

Au sommaire du web-doc : portraits des intervenants, paroles d’experts sur les trois thématiques “le corps”, “la parole” et “la foi”. Un focus sur les prisons en France et dans le monde sera également proposé afin de mieux comprendre l’univers carcéral et ses enjeux.

Pour boucler le financement du web-doc, elles ont monté un projet de crowdfunding. Il leur reste 23 jours pour récolter un peu plus de 2000 euros, afin de financer matériel et prestataires. A partir de 5 €, tout le monde peut participer à cette belle aventure.

Si vous souhaitez aider Marine et Geneviève à boucler ce projet de webdoc, cliquez ici.